vendredi 17 février 2012

Angelina Jolie menacée de mort


Angelina Jolie menacée de mort

© photo news
Angelina Jolie a présenté son long-métrage, "Au pays du sang et du miel", en Serbie, à Sarajevo. Malheureusement pour l'actrice, le film n'y a pas été reçu comme elle l'aurait souhaité.

En cause, la thématique du film, qui traite des violences faites aux femmes durant le conflit en Bosnie. Une problématique qui ne plait pas au peuple serbe, qui a tenu à exprimer son mécontentement, parfois de façon un peu brutale.

Angelina Jolie a en effet reçu des menaces de mort suite à la présentation de son film,  comme elle l'a expliqué au Guardian. "On m'a envoyé des trucs et il y a eu des menaces postées en ligne.Ce n'est pas qu'une simple menace, ce n'est pas qu'à propos de ma sécurité que je suis préoccupée. Il y a tant d'hostilité et d'agression que je ne sais pas s'ils sont en mesure de voir le film de la bonne façon actuellement", a déclaré la réalisatrice.

Hormis ces menaces, la protestation s'exprime également dans le pays. De nombreux cinémas serbes refusent en effet de projeter "Au pays du sang et du miel". (mlb)

Gael Garcia Bernal pourrait incarner Zorro


Gael Garcia Bernal pourrait incarner Zorro

12h04 2 commentaires |  
 Gael Garcia Bernal pourrait incarner ZorroVisual
... mais un Zorro transposé dans un monde futuriste pour les besoins de Zorro Reborn.
Cela fait quelques mois maintenant que le projet d'un reboot de Zorro traîne à Hollywood. Transposant la mythologie du vengeur masqué mexicain dans un monde futuriste, Zorro Reborn devrait être sombre : selon certaines rumeurs, Zorro ne serait plus un justicier masqué mais un vigilante assoiffé de vengeance... Le projet n'en est qu'aux balbutiements, mais Variety affirme ce matin que Gael Garcia Bernalpourrait enfiler le masque noir et mouliner des Z à la pointe de son épée (laser ?). Selon la bible du business hollywoodien, le film n'a toujours pas de réalisateur (exit donc Rpin Suwannath un temps pressenti pour emballer le tout ?) et le scénario aurait été écrit par Lee ShipmanBrian McGreegy et Glenn Gers. Affaire à suivre...
Avant d'enfiler la panoplie du super-héros, Gael Garcia Bernal croisera la route deWill Ferrel dans la comédie Casa de mi Padre et celle de Kate Hudson dans A Little Bit of Heaven.

Google accusé d’avoir espionné les utilisateurs de Safari


Google accusé d’avoir espionné les utilisateurs de Safari

0 contributions
Créé le 17/02/2012 à 09h43 -- Mis à jour le 17/02/2012 à 12h07

HIGH TECH - La firme de Mountain View a enregistré les habitudes de millions de personnes qui utilisent Safari, le navigateur d'Apple, pour surfer sur Internet, révèle le «Wall Street Journal»...

Si vous êtes équipé d’un appareil AppleGoogle vous a peut-être «espionné». Selon le Wall Street Journal,  le moteur de recherche a traqué les habitudes de ceux qui utilisent le navigateur Safari de la firme à la pomme, et ce de manière illégale. Google aurait pour ce faire utilisé «un code de programmation spécial», installé dans les commandes de Safari. Pourtant, le Wall Street Journal fait remarquer que le navigateur, qui est celui que les mobinautes utilisent le plus, est conçu pour bloquer ce genre de pistage.  
Google se défend d’avoir violé la vie privée des internautes
Le géant américain aurait immédiatement cessé d’enregistrer les habitudes des internautes après avoir été contacté par le journal économique américain. Googlerefuse toutefois de parler d’atteinte à la vie privée. L’entreprise a fait parvenir un communiqué au Wall Street Journal pour se défendre, expliquant que «ces cookies ne collectent pas d’informations personnelles». De son côté, Apple a fait savoir au quotidien financier qu’il était «en train de travailler à faire cesser» ces pratiques.   
C’est un chercheur de l’Université de Stanford, Jonathan Mayer, qui a fait la découverte. Elle a part la suite été confirmée par un autre ingénieur, Ashkan Soltani, auquel le Wall Street Journal a fait appel pour une deuxième expertise. Le journal précise que Google n’est pas le seul à avoir eu recours à ces méthodes. Trois entreprises de publicité américaines sont également pointées du doigt

ACTUALITÉ Reuters Mélenchon suggère à Sarkozy d'aller parler au peuple à Florange


  • Partagez sur Facebook
  •  
  • Partagez sur Twitter
  •  
  •  
  • Partagez sur LinkedIn
  •  
  • Envoyer par email

PARIS (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon a suggéré vendredi à Nicolas Sarkozy, qui affirme vouloir redonner la parole aux Français, d'aller parler à l'usine d'ArcelorMittal de Florange (Moselle) dont les syndicats tirent la sonnette d'alarme sur les risques de fermeture sociale du site.
"Si M. Sarkozy a quelque chose à dire au peuple, je lui suggère d'aller à Gandrange à qui il a beaucoup menti et à Florange à qui il a beaucoup promis sans rien tenir", a déclaré le candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle sur France Info.
Lors d'une visite sur le site de l'aciérie de Gandrange en 2008, Nicolas Sarkozy avait vainement promis que l'Etat investirait sur le site, "avec ou sans (Arcelor) Mittal", l'actionnaire majoritaire, pour empêcher la fermeture des installations et la suppression de plus de 500 emplois.
En officialisant mercredi soir sa candidature à l'élection présidentielle du printemps, le chef de l'Etat s'est présenté en protecteur des Français et s'est dit impatient d'aller à leur rencontre pour poser les "vraies questions").
"Tout ça, ce sont des mots, ça n'a absolument aucun intérêt, aujourd'hui vous avez des gens qui ont peur d'être condamnés par la mort sociale dans le pays entier", s'est emporté Jean-Luc Mélenchon.
"Le vérité est là, le pays va perdre ses sites de production sidérurgiques et nous avons besoin de cette sidérurgie. Le président Sarkozy, s'il veut parler au peuple, voilà de quoi il doit lui parler : boulot, salaire, santé(...) pas ces sornettes que je le vois tenir."
La direction de l'usine de Florange a confirmé mardi à l'intersyndicale que la situation actuelle, qui se traduit par du chômage partiel pour 2.600 des 5.000 employés du site (dont 3.000 en CDI) durerait au moins jusqu'à la fin du deuxième trimestre et pourrait se poursuivre sur l'ensemble de l'année, selon la CFDT.
Marine Pennetier

Cameron apporte son soutien à Nicolas Sarkozy


Cameron apporte son soutien à Nicolas Sarkozy

Le Premier ministre britannique, à Paris pour le Sommet franco-britannique, a notamment salué le « leadership » du président français lors de l'opération en Libye. Des contrats dans la défense et l'énergie sont attendus.

Après le soutien d'Angela Merkel, Nicolas Sarkozy a reçu ce vendredi 17 février celui de David Cameron. Le Premier ministre britannique a souhaité à Paris «bonne chance» à son «ami» Nicolas Sarkozy «dans la bataille qu'il va livrer», en allusion à l'élection présidentielle, un soutien «qui me fait plaisir», lui a répondu le président français.
«J'ai la chance de pouvoir souhaiter bonne chance à mon ami dans la bataille qu'il va livrer», a déclaré M. Cameron à l'issue d'un sommet franco-britannique à l'Elysée, deux jours après l'officialisation de la candidature du chef de l'Etat. «J'admire le courage, le leadership du président Sarkozy. Je pense qu'il a fait énormément de choses pour son pays. La suite, il appartiendra au peuple français d'en décider», a dit David Cameron, qui a notamment salué «le leadership» de M. Sarkozy lors de l'opération menée l'an dernier en Libye. Comme on lui demandait s'il allait lui apporter un soutien actif, à l'image de la chancelière allemande Angela Merkel-les trois dirigeants appartiennent au camp conservateur-, il a répondu: «Je ne suis pas sûr que si je me manifestais dans la campagne en France, cela aurait les effets escomptés par mon ami».
«Le soutien de David Cameron, moi ça me fait plaisir», a pour sa part commenté M. Sarkozy. «Dans la période actuelle, qu'il y ait plus de gens qui disent du bien de moi que du mal ça ne me gène pas», a encore dit le chef de l'Etat, qui dans la course à sa réélection est donné perdant dans les sondages face au candidat socialiste François Hollande. Pour mettre en lumière l'excellence des relations franco-britanniques, David Cameron a dit au début de son intervention s'être «rendu à Paris plus souvent que dans n'importe quelle capitale», à l'exception de Bruxelles.
Nicolas Sarkozy et David Cameron ont présidé vendredi matin un sommet franco-britannique consacré à la coopération militaire et au nucléaire civile. Ils doivent conclure la journée avec un déjeuner de travail. La réunion est l'occasion d'aborder les dossiers bilatéraux (notamment la coopération en matière de défense) et les questions internationales (situation en Syrie). Et d'aplanir les récents différents entre Paris et Londres, qui ont des vues divergentes sur la crise financière. Ces derniers jours, un réchauffement a semblé animer les relations, avec notamment la conclusion ou la relance de chantiers dans le militaire. Dans l'énergie, aussi, on attend des contrats de plusieurs centaines de millions d'euros.
LES ECHOS
BLOG (Jacques Hubert-Rodier) L'Angleterre ou l'allié indispensable
(Photo AFP)

Fillon parle des "mensonges" de Hollande


Fillon parle des "mensonges" de Hollande

Le Figaro.fr Mis à jour  | publié Réactions (124)
 S'abonner au Figaro.fr

François Fillon a accusé François Hollande de dire "des mensonges" ce matin sur RTL. Le premier ministre a contesté l'affirmation du candidat socialiste à l'Élysée selon laquelle Nicolas Sarkozy aurait donné 70 milliards d'euros de "cadeaux aux riches". D'après François Fillon, ce chiffre prend en compte des dispositifs fiscaux tels que la taxe professionnelle, la TVA pour les restaurateurs ou encore l'exonération des heures supplémentaires, qui ne bénéficient pas aux Français les plus fortunés.
Pour le premier ministre, François Hollande est "un conservateur" et un "défenseur des acquis".

François Fillon a défendu la proposition récente de Nicolas Sarkozy sur l'organisation d'un référendum sur les chômeurs. Selon lui, la question pourrait porter sur l'approbation d'"une loi qui permettrait de transférer les 30 milliars d'euros" consacrés actuellement à la formation professionnelle à la formation des demandeurs d'emploi.

Le premier ministre a aussi estimé vendredi que le "bouclier fiscal", mesure emblématique du quinquennat de Nicolas Sarkozy, avait été "une décision inadaptée" avec l'émergence de la crise économique et financière. "C'était une décision inadaptée à partir du moment où la crise nous amenait à augmenter un certain nombre d'impôts, à supprimer un certain nombre de niches fiscales et où le bouclier fiscal risquait de rendre injuste l'ensemble de ces décisions", a-t-il souligné.

«Ça n'est jamais une erreur de débattre de son identité»
Le premier ministre a regretté par ailleurs la tournure du débat sur l'identité nationale. "La manière dont (...) certains s'emparent du débat, dont certains le caricaturent, c'est une question qu'on peut se poser". "Mais ça n'est jamais une erreur de débattre de son identité", a-t-il ajouté.

On "commet toujours des erreurs, surtout sur une durée de cinq ans", a-t-il admis. "J'ai dit moi-même qu'on avait sans doute trop hésité à engager la baisse du coût du travail pour se rapprocher de l' Allemagne et de sa compétitivité", a-t-il réaffirmé, faisant référence notamment à la réforme de la TVA dite "sociale" que le gouvernement a finalement décidé de mener dans la dernière ligne droite. "On a rencontré un certain nombre de blocages qui nous ont conduits à faire des réformes moins ambitieuses que celles que l'on souhaitait", a dit le premier ministre.

Par ailleurs, le premier ministre a répété qu'il fallait tout faire pour éviter un défaut de la Grèce, tout en remarquant que les "efforts importants" que les Grecs ont promis de fournir étaient comparables à ceux demandés aux Portugais et aux Espagnols, qui ne "brûlent pas" pour autant leur capitale

40ème sommet de la CEDEAO à Abuja


POLITIQUE
40ème sommet de la CEDEAO à Abuja
Publié le vendredi 17 fevrier 2012   |  L'expression


Coopération:
© Présidence par Seibou Traore 
Coopération: Alassane Ouattara au 40ème sommet de la CEDEAO, à Abuja (Nigeria) sur les questions de sécurité dans la sous-région
Jeudi 16 février 2012. Abuja (Nigeria). Le chef de l`Etat ivoirien, SEM Alassane Ouattara prend part au 40ème sommet de la CEDEAO sur les questions de sécurité dans la sous-région


    
Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Les chefs d’Etat de la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) attendent avec impatience l’exercice du président ivoirien à la tête de cette organisation d’intégration sous-régionale.

Les dossiers brûlants qui attendent Ouattara

Le 40ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a ouvert ses portes hier à Abuja. Cette session ordinaire de la plus importante organisation sous-régionale est un tournant décisif avec l’élection du nouveau président prévue aujourd’hui. Pressenti pour diriger la communauté économique, le président ivoirien a atterri à l’Aéroport international d’Abuja à 9h45, heure locale. Alassane Ouattara a pris ses quartiers à l’Hôtel Hilton où il a eu plusieurs tête-à-tête avec ses homologues. A la cérémonie d’ouverture qui s’est tenue dans le même lieu, dans leurs différents discours, tous les intervenants se sont réjouis de l’arrivée du président ivoirien à la tête de la Cedeao. Le choix du locataire du palais du Plateau suscite un grand espoir parmi ses pairs. « Cette session ordinaire est très importante et particulière, parce qu’elle va mettre en place une nouvelle équipe dirigeante de notre organisation », s’est réjoui le président nigérian, Goodluck Ebele Azikiwe Jonathan, président en exercice sortant de la Cedeao. Louant les mérites de son successeur, le président nigérian lui a promis son total soutien : « Au moment où je vais passer la main au nouveau président en exercice de la Cedeao, je me dispose entièrement à le soutenir et je vous invite tous à en faire autant », a-t-il souhaité. Sur la même lancée, James Victor Gbého, président de la Commission du conseil de médiation et de sécurité de la Cedeao, s’est tout aussi dit optimiste quant à la réussite de la nouvelle équipe : « Je suis très optimiste, vu la qualité de ceux qui arrivent à la tête de notre organisation sous-régionale. Avec leur arrivée, je sais que la nouvelle commission du conseil de médiation et de sécurité de la Cedeao capitalisera au mieux les acquis de l’ancienne commission. Et certainement, elle réussira à maintenir la plus grande vigilance à l’égard des conflits dans notre région », a dit le président sortant de la commission.
Ouattara, un grand espoir, pour d’énormes défis à relever
L’espoir entretenu par les dirigeants de l’Afrique de l’Ouest de voir le président de la République de Côte d’Ivoire prendre les rênes de la Cedeao est à la taille des énormes défis qui attendent le futur président. Plusieurs de ces défis majeurs ont été soulignés, dans leurs discours par les différents intervenants. Dont les principaux demeurent la mise en œuvre de la réforme du secteur de la défense et de la sécurité (Dssrp) en Guinnée-Bissau. La conférence des ministres qui a précédé cette rencontre a validé l’allocation sur fonds propres de la Cedeao de 63 millions de dollars pour couvrir les actions de réussite de ce programme. L’autre défi non moins important demeure la subite crise qui a éclaté au Nord du Mali. Avec pour conséquence l’insécurité alimentaire dans le Sahel. Il faut ajouter à cela que le futur président devra peser de tout son poids pour l’organisation d’élections libres et transparentes dans cinq pays de la sous-région cette année 2012. Au plan économique, à son successeur, le président Goodluck Jonathan a laissé le dossier de l’accélération de la mise en place de l’union monétaire pour permettre le renforcement des économies des pays de l’organisation. « Pendant que j’assumais la présidence de notre organisation, nous avons fait face à de nombreux défis que nous avons pu relever », a dit le président nigérian, sûr de ce que son successeur réussira lui aussi la mission qui lui sera confiée dès aujourd’hui. Aux côtés de ces défis majeurs qui attendent le président Ouattara, le président de la commission, James Gbého, a quant à lui, présenté les nombreux acquis dont héritera la nouvelle équipe. Parlant alors de perspectives économiques satisfaisantes, de la résistance de l’organisation à la crise économique mondiale et du choix de l’Afrique de l’Ouest par l’Union Européenne comme une région pilote pour une assistance alimentaire particulière en raison de ces nombreux acquis. Sur ce fait, le président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, a soutenu que l’organisation africaine a souvent tiré profit de l’organisation ouest-africaine. Il a tout aussi encouragé les chefs d’Etat africains à la promotion du commerce intra-africain, facteur, selon lui, du développement durable. Quant au représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Afrique de l’Ouest, Saadi Junnitt, il a promis le soutien total de l’organisation mondiale à la Cedeao.
Sam-Wakouboué, envoyé spécial à Abuja
Légende : Alassane Ouattara livre aujourd’hui à l’Afrique sa vision de la gestion la communauté économique.



Ouverture du 40ème sommet des chefs d'Etat de la CEDEAO à Abuja
Publié le: 16/2/2012  |  RTI