vendredi 17 février 2012

40ème sommet de la CEDEAO à Abuja


POLITIQUE
40ème sommet de la CEDEAO à Abuja
Publié le vendredi 17 fevrier 2012   |  L'expression


Coopération:
© Présidence par Seibou Traore 
Coopération: Alassane Ouattara au 40ème sommet de la CEDEAO, à Abuja (Nigeria) sur les questions de sécurité dans la sous-région
Jeudi 16 février 2012. Abuja (Nigeria). Le chef de l`Etat ivoirien, SEM Alassane Ouattara prend part au 40ème sommet de la CEDEAO sur les questions de sécurité dans la sous-région


    
Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Les chefs d’Etat de la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) attendent avec impatience l’exercice du président ivoirien à la tête de cette organisation d’intégration sous-régionale.

Les dossiers brûlants qui attendent Ouattara

Le 40ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a ouvert ses portes hier à Abuja. Cette session ordinaire de la plus importante organisation sous-régionale est un tournant décisif avec l’élection du nouveau président prévue aujourd’hui. Pressenti pour diriger la communauté économique, le président ivoirien a atterri à l’Aéroport international d’Abuja à 9h45, heure locale. Alassane Ouattara a pris ses quartiers à l’Hôtel Hilton où il a eu plusieurs tête-à-tête avec ses homologues. A la cérémonie d’ouverture qui s’est tenue dans le même lieu, dans leurs différents discours, tous les intervenants se sont réjouis de l’arrivée du président ivoirien à la tête de la Cedeao. Le choix du locataire du palais du Plateau suscite un grand espoir parmi ses pairs. « Cette session ordinaire est très importante et particulière, parce qu’elle va mettre en place une nouvelle équipe dirigeante de notre organisation », s’est réjoui le président nigérian, Goodluck Ebele Azikiwe Jonathan, président en exercice sortant de la Cedeao. Louant les mérites de son successeur, le président nigérian lui a promis son total soutien : « Au moment où je vais passer la main au nouveau président en exercice de la Cedeao, je me dispose entièrement à le soutenir et je vous invite tous à en faire autant », a-t-il souhaité. Sur la même lancée, James Victor Gbého, président de la Commission du conseil de médiation et de sécurité de la Cedeao, s’est tout aussi dit optimiste quant à la réussite de la nouvelle équipe : « Je suis très optimiste, vu la qualité de ceux qui arrivent à la tête de notre organisation sous-régionale. Avec leur arrivée, je sais que la nouvelle commission du conseil de médiation et de sécurité de la Cedeao capitalisera au mieux les acquis de l’ancienne commission. Et certainement, elle réussira à maintenir la plus grande vigilance à l’égard des conflits dans notre région », a dit le président sortant de la commission.
Ouattara, un grand espoir, pour d’énormes défis à relever
L’espoir entretenu par les dirigeants de l’Afrique de l’Ouest de voir le président de la République de Côte d’Ivoire prendre les rênes de la Cedeao est à la taille des énormes défis qui attendent le futur président. Plusieurs de ces défis majeurs ont été soulignés, dans leurs discours par les différents intervenants. Dont les principaux demeurent la mise en œuvre de la réforme du secteur de la défense et de la sécurité (Dssrp) en Guinnée-Bissau. La conférence des ministres qui a précédé cette rencontre a validé l’allocation sur fonds propres de la Cedeao de 63 millions de dollars pour couvrir les actions de réussite de ce programme. L’autre défi non moins important demeure la subite crise qui a éclaté au Nord du Mali. Avec pour conséquence l’insécurité alimentaire dans le Sahel. Il faut ajouter à cela que le futur président devra peser de tout son poids pour l’organisation d’élections libres et transparentes dans cinq pays de la sous-région cette année 2012. Au plan économique, à son successeur, le président Goodluck Jonathan a laissé le dossier de l’accélération de la mise en place de l’union monétaire pour permettre le renforcement des économies des pays de l’organisation. « Pendant que j’assumais la présidence de notre organisation, nous avons fait face à de nombreux défis que nous avons pu relever », a dit le président nigérian, sûr de ce que son successeur réussira lui aussi la mission qui lui sera confiée dès aujourd’hui. Aux côtés de ces défis majeurs qui attendent le président Ouattara, le président de la commission, James Gbého, a quant à lui, présenté les nombreux acquis dont héritera la nouvelle équipe. Parlant alors de perspectives économiques satisfaisantes, de la résistance de l’organisation à la crise économique mondiale et du choix de l’Afrique de l’Ouest par l’Union Européenne comme une région pilote pour une assistance alimentaire particulière en raison de ces nombreux acquis. Sur ce fait, le président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, a soutenu que l’organisation africaine a souvent tiré profit de l’organisation ouest-africaine. Il a tout aussi encouragé les chefs d’Etat africains à la promotion du commerce intra-africain, facteur, selon lui, du développement durable. Quant au représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Afrique de l’Ouest, Saadi Junnitt, il a promis le soutien total de l’organisation mondiale à la Cedeao.
Sam-Wakouboué, envoyé spécial à Abuja
Légende : Alassane Ouattara livre aujourd’hui à l’Afrique sa vision de la gestion la communauté économique.



Ouverture du 40ème sommet des chefs d'Etat de la CEDEAO à Abuja
Publié le: 16/2/2012  |  RTI